Interview d’Alban Michon, plongeur et explorateur polaire

in Culture

Alban Michon est moniteur et passionné de plongée mais c’est avant tout un explorateur et aventurier des temps modernes. Lors de sa dernière expédition, il a parcouru seul pendant plus de 50 jours la banquise au nord du Canada. Aujourd’hui, il nous accorde quelques instants pour nous parler de son parcours.

Ael Le Fur (ALF) : “Peux-tu te présenter et nous expliquer en quelques mots ton parcours pour nos rares lecteurs qui ne te connaitraient pas ?”

Alban Michon (AM): « J’ai… 41 ans déjà ! Je plonge depuis mes 11 ans. Une passion qui m’a amené à être moniteur de plongée puis à racheter 2 écoles : une de plongée sous glace à Tignes et une de plongée souterraine dans le Lot. A 30 ans, j’ai intégré l’expédition DeepSea Under the pole. C’était ma première expédition en 2010. 2 années après j’organisais une expédition sur la côte Est du Groenland.

Je suis également parti 62 jours en solitaire où j’ai eu l’occasion de plonger sous la banquise. J’apporte dans toutes mes expéditions une touche de plongée. Cela me permet aussi de ramener des données scientifiques sous la glace. L’explorateur c’est comme un ouvrier des scientifiques. Il ramène des informations et sert la cause environnementale. Il se différencie de l’aventurier qui lui cherche à réaliser une performance sportive. Un explorateur peut être un aventurier mais un aventurier n’est pas forcément explorateur.

Les expéditions me servent aussi à partager la beauté de notre monde. Entre chaque voyage, cela me permet de réaliser des films et écrire des livres. C’est une manière plus fun et ludique de parler de l’environnement. »

ALF : “Est-ce que d’être devenu explorateur des temps modernes, c’est un rêve d’enfant qui s’est réalisé ?”

AM : « Depuis mes 16 ans je savais ce que je voulais faire : vivre du monde de la plongée. J’étais déjà intéressé par les aventures mais dans un deuxième temps. Quand pouvoir vivre de ma passion a été possible, c’est alors que j’ai eu l’envie de partir à l’aventure. »

ALF : “D’où t’es venu l’amour de la plongée, notamment celles sous-glace et souterraine ?”

AM : « J’ai découvert la plongée dans une piscine à Troyes. Sans même voir de poissons, j’ai aimé la plongée pour ses sensations. Cette impression d’être en apesanteur. J’ai continué à plonger dans les rivières et lacs de la région de l’Aube. A mes 18 ans, je commençais la plongée souterraine. C’était une autre ambiance et une atmosphère qui me plaisait. J’ai apprécié nager près du relief de la roche.

Quelques temps après, je me suis rendu chez un ami qui vivait à côté d’un lac gelé. J’ai décidé alors de m’y immerger de nuit. Je découvre cette nuit-là la plongée sous glace et je trouve ça magnifique. Cela permet de se recentrer et d’écouter son corps. On est pris par le spectacle de cette glace qu’au fil des années j’ai appris à connaître, à voir comment elle vit. C’est presque par hasard que j’ai racheté une école à Tignesje proposais des baptêmes de plongée sous glace. J’avais vraiment cette volonté de casser le mythe comme quoi la plongée sous glace et souterraine sont complexes et réservées uniquement aux experts. »

ALF : “Dans ton dernier livre « L’itinéraire d’un nomade des glaces » tu nous parles de ta dernière expédition. Est-ce que tu peux nous en parler rapidement et nous dire les difficultés que tu as rencontré pour ce projet ?”

AM : « Ce projet c’est 2 ans de travail, des budgets assez conséquents, une équipe de tournage au début et à la fin de l’expédition. Ce n’est pas un voyage sans danger donc il y a toujours un temps de préparation mais également de recherche de partenaires financiers et matériels.

Sur la banquise, les conditions sont extrêmes entre -40 et -55 degrés. Sur ma dernière aventure je suis parti en solitaire. Même s’il y a toujours une équipe présente que je peux contacter par satellite, il faut que je reste toujours vigilant. La difficulté est là chaque seconde. Il faut rester concentré en permanence afin de ne pas se faire attaquer par des animaux sauvages et ne pas geler.

Quant à la partie plongée de cette expédition, l’objectif était de récupérer du plancton afin qu’il puisse être analysé par des scientifiques. J’ai passé 7h à creuser un trou dans la glace avant de pouvoir m’immerger. Il faut donc avoir un certain entrainement et de l’expérience. J’ai fait des milliers de plongée sous glace partout dans le monde avant d’en arriver là. De plus, je connais très bien mon matériel que je peux très facilement démonter. Un matériel qui gelait instantanément une fois ressorti de l’eau dans ces conditions. Mon challenge lors de cette expédition a donc été de pouvoir dégeler mon matériel pour pouvoir plonger à nouveau.

Le secret pour réussir c’est avant tout d’apprendre, de se planter et de réessayer. Aujourd’hui, j’ai pas mal de personnes qui viennent me voir pour des conseils. Des gens qui veulent faire des trucs de dingue mais qui n’ont aucun entrainement. Pour ma part, j’ai commencé les expéditions à 30 ans alors que j’avais déjà 19 ans de plongée derrière moi. Ils ne réalisent pas à quel point il faut être préparé pour ce genre d’évènement. »

ALF : “Le meilleur souvenir que tu gardes de tes expéditions ?”

AM : « Des bons souvenirs j’en ai des milliers. Celui qui me vient à l’esprit c’est lorsque j’ai pu nager à 3 mètres d’un ours polaire au Groenland. Un moment très furtif qui m’a paru très long. »

ALF : “Comment vois-tu l’avenir ?”

AM : « Je vois l’avenir entre les aventures, séances de dédicace et diffusions de film. L’idée après chaque expédition c’est d’en parler. Les expériences servent à parler d’une cause légitime : l’environnement. Ce n’est pas juste d’enchaîner, c’est aussi de faire passer un message.

En même temps, une nouvelle expédition se prépare. Celle-ci est prévue pendant la nuit polaire, la période de l’année durant laquelle le soleil ne se lève pas où les conditions sont les plus extrêmes. Je serai avec une équipe d’une quinzaine de personnes dont des scientifiques, pour y tester les technologies de demain. »

ALF : “Ta vision sur l’état actuel de l’environnement ?”

AM : « Je n’aime pas la facilité de dire qu’on va tous mourir. Je reste optimiste sans nier ce qu’il se passe. La fonte des glaces est réelle. La question est de se dire : quelles sont les solutions ? Est-ce qu’on ne peut pas concilier l’homme et l’environnement dans son ensemble ?

Il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui font des initiatives extraordinaires. Les nouvelles générations ont conscience de l’environnement. Grâce à la création des parcs nationaux, il n’y a jamais eu autant de poissons. Tout va dans le bon sens donc il faut continuer. Il y a des usines de traitement de l’eau qui ont été multipliées pour éviter de polluer la Méditerranée.

C’est une question de génération et par conséquent, ça prend du temps. On voit les évolutions. Par exemple, dans les années 90, on parlait déjà du trou dans la couche d’ozone et aujourd’hui il se résorbe.

La banquise dans 20/30 ans va disparaitre. Oui des espèces vont disparaitre. Mais soit on se plaint et on ne fait rien, soit on se bouge. Tout le monde peut agir à son échelle. »

ALF : “Un avis sur Click-Dive ? (L’équipe, le concept, etc.)”

AM : « Des gens qui font bouger les choses, qui prennent des risques. C’est finalement une autre sorte d’aventure. Brice et son équipe se bougent pour faire avancer les choses. Les savons sont notamment une bonne initiative.

J’aime les gens qui tentent, qui osent et qui essaient. J’encourage et j’aime beaucoup les idées de Brice. Je souhaite que ça se développe. Click-Dive permet de communiquer sur la plongée avec les jeunes, futurs plongeurs 2.0. »

Propos recueillis par Ael Le Fur

Photos d’Andy Parant

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*